Cabinet d’avocat dédié à la défense des victimes

Honoraires

Tarifs

Honoraires du cabinet

Le premier rendez vous de prise de contact est d'une durée d'1h00, et est gratuit.

Au delà de cette première heure, le taux horaire applicable sera de 60€ HT.

Il peut se dérouler par téléphone, en visioconférence ou encore en présentiel, soit à mon cabinet (accessible PMR), soit si vous ne pouvez pas vous déplacer, sur le lieu de votre choix (votre domicile, en établissement de soins,…).

Dès le premier contact, Maître Mylène ALLO vous informe du montant de ses honoraires au regard de votre demande : un simple rendez-vous, une consultation écrite, une assistance dans un cadre amiable ou une assistance et/ou représentation en justice.
Si vous êtes bénéficiaire d’une garantie Protection Juridique, Maître Mylène ALLO vous aide à engager les démarches utiles pour mobiliser votre assureur.

Par la suite, une convention d’honoraires est établie afin de fixer les modalités financières de l’intervention de Maître Mylène ALLO, et éviter ainsi toute surprise finale.

Maître Mylène ALLO accepte également d’intervenir dans le cadre de l’aide juridictionnelle. Celle-ci est accordée sous condition de ressources, et uniquement dès lors qu’une juridiction est saisie. L’aide juridictionnelle n’est donc pas possible dans le cadre de négociations amiables.

Les honoraires sont payés dès envoi de la facture, en espèces, par chèque ou par virement. A titre exceptionnel, Maître Mylène ALLO propose le règlement de ses honoraires suivant un échéancier pré-établi.

Dans un souci de confiance réciproque, Maître Mylène ALLO vous assure une transparence dans la comptabilité de vos affaires et vous demande en contrepartie le règlement des honoraires dans le respect des modalités convenues.

 

L’article 10 du Décret n° 2023-552 du 30 juin 2023 portant Code de déontologie des avocats dispose que :

 « L’avocat informe son client, dès sa saisine, des modalités de détermination des honoraires couvrant les diligences prévisibles et de l’ensemble des frais, débours et émoluments qu’il pourrait exposer. L’ensemble de ces informations figurent dans la convention d’honoraires conclue par l’avocat et son client.

Sauf en cas d’urgence ou de force majeure ou lorsqu’il intervient au titre de l’aide juridictionnelle totale ou de la troisième partie de la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l’aide juridique, l’avocat conclut par écrit avec son client une convention d’honoraires, qui précise, notamment, le montant ou le mode de détermination des honoraires couvrant les diligences prévisibles, ainsi que les divers frais et débours envisagés.

Les honoraires tiennent compte, selon les usages, de la situation de fortune du client, de la difficulté de l’affaire, des frais exposés par l’avocat, de sa notoriété et des diligences accomplies.

Toute fixation d’honoraires qui ne le serait qu’en fonction du résultat judiciaire est interdite. Est licite la convention qui, outre la rémunération des prestations effectuées, prévoit la fixation d’un honoraire complémentaire en fonction du résultat obtenu ou du service rendu.

Au cours de sa mission, l’avocat informe régulièrement son client de l’évolution du montant de ces honoraires, frais, débours et émoluments.

Des honoraires forfaitaires peuvent être convenus. L’avocat peut recevoir d’un client des honoraires de manière périodique, y compris sous forme forfaitaire.

Lorsque la mission de l’avocat est interrompue avant son terme, il a droit au paiement des honoraires dus dans la mesure du travail accompli et, le cas échéant, de sa contribution au résultat obtenu ou au service rendu au client.

La rémunération d’apports d’affaires est interdite. »